Témoignage de Kim

Par Migraine Québec • Le 24 septembre 2021


Bonjour, je m’appelle Kim et je suis intervenante depuis plus de vingt ans. Je crois que j’ai eu ma première migraine vers huit ans. Les crises se présentaient de façon occasionnelle, un mal de tête violent, mais d’un seul côté de la tête, ça faisait tellement mal. Ma mère ne connaissait pas ce qu’était une migraine et à cette époque, les années 80, je ne crois pas qu’il y avait grand-chose en termes de médication pour soulager les migraines. Elle me donnait donc des aspirines de bébé et je retournais jouer dehors.

Les crises de migraines se sont accentuées avec l’adolescence et la fluctuation des hormones. Les journées d’enfer à l’école secondaire avec le son des cloches, les jeunes qui parlent fort, monter des volées d’escaliers, le cœur qui bat contre la tempe, juste derrière l’œil, et les nausées.

Après la naissance de ma fille, 1992, j’avais environ 25 crises de migraines par mois, une douleur que j’évaluerais à 8 sur 10. J’avais remarqué que le vin rouge et les oignons provoquaient mes migraines, j’ai donc commencé à porter attention à ce que je mangeais. J’étais à bout de cette douleur qui revenait sans cesse, j’en ai donc parlé à mon médecin de famille qui m’a répondu : tu es trop stressée, relaxe et ça va passer. J’ai dû relancer mon médecin pour qu’enfin il se décide à me prescrire du Fiorinal. Comme les migraines étaient fréquentes, j’ai rapidement développé une tolérance à la médication. J’ai par la même occasion embarqué dans un cercle vicieux : à prendre trop souvent la médication, les migraines étaient plus fréquentes, je venais de connaître les migraines de rebond.

Pendant les 10 années qui ont suivi, je me suis auto médicamentée avec de l’ibuprofène, du Advil. Là encore, j’avais des migraines de rebond, mais personne ne m’avait dit qu’à prendre trop fréquemment ce type de médication, les migraines ne feraient qu’être plus fréquentes.

J’ai vu mon premier neurologue vers 35 ans, eh oui, un neurologue, parce qu’une migraine ce n’est pas un mal de tête ordinaire. Première des choses, on arrête l’ibuprofène, le pepsi, le café, le thé, bref toute une liste de produits, pour finalement ne boire que de l’eau. Je devais aussi observer mon alimentation pour trouver quel aliment pouvait être déclencheur de migraine, manger à heure fixe, me coucher et me lever aux mêmes heures tous les jours, bref, avoir une routine stable… et plate. Le vrai miracle est arrivé, les triptans. Petit comprimé qu’on laisse fondre sous la langue et qui fait disparaître, la plupart du temps, les migraines en vingt minutes environ, si c’est pris dès le début de la crise.

Depuis deux ans, je vois un autre neurologue, avec qui on essaie de trouver une médication qui prévient les migraines. Jusqu’à maintenant, ça n’a pas été un grand succès, mais j’ai espoir qu’on finisse par trouver une médication qui me convienne.

La migraine est une maladie invalidante et minimisée. Rares sont ceux qui comprennent et font preuve d’empathie envers les personnes souffrantes. Il est évidemment difficile pour une personne qui n’a jamais fait de migraine de comprendre la souffrance de la personne migraineuse, mais on demande à être cru quand on dit être très souffrant. Cette maladie me coupe du monde. Lorsque j’ai une crise, je dois m’isoler dans une pièce si possible silencieuse et où il fait noir, ce qui veut dire qu’on oublie les activités en famille, regarder la télé, les soupers entre amis, etc. On crée beaucoup de déceptions chez les autres parce que souvent on doit annuler les projets d’activités. Les amis, les enfants et les conjoints, tout notre entourage en subit les conséquences. Je me sens souvent coupable de décevoir mes proches ou de les voir s’inquiéter pour moi.

Il n’y a pas d’âge pour souffrir de migraine. Il faut prendre la personne souffrante au sérieux. Les médecins de familles ne savent pas toujours comment traiter cette problématique. Si on ne vous prend pas au sérieux, demandez un second avis, et si ce n’est pas possible, insistez auprès de votre médecin pour être référé à un neurologue.

Je souhaite que le milieu du travail soit plus compréhensif, parce que les migraines causent beaucoup d’absentéisme. J’espère que la science connaîtra bientôt de grandes avancées dans ce domaine pour nous permettre de vivre une vie plus normale.

–Kim


S’abonner
Avisez-moi lors de
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Hagehebaert
Hagehebaert
il y a 23 jours

L’important est de parvenir à connaître la véritable cause de ces terribles migraines (le foie ? l’estomac ? la circulation sanguine ? les yeux ? les hormones ? etc.) Pour ma part, depuis que – à la suite de deux épistaxis graves – je suis un traitement contre une hypertension congénitale longtemps insoupçonnée, elles ont disparu. C’est grave, outre la souffrance et les désagréments, on peut en mourir. Il faut le dire.

Pascale P., Édimestre
Pascale P., Édimestre
il y a 22 jours
En réponse à  Hagehebaert

Bonjour,

La migraine est une maladie neurologique et ses causes – c’est-à-dire pourquoi elle touche certaines personnes et d’autres non – sont encore au stade d’hypothèses.

Il existe cependant plusieurs déclencheurs de crise migraineuse qui varient d’une personne à l’autre.

Quant aux risques de mortalité, la migraine est associée à un risque environ 2 fois plus grand d’AVC que chez les gens sans migraine. Cependant, il y a d’autres facteurs qui augmentent le risque d’AVC : tabagisme, antécédents familiaux, hypertension artérielle, etc. À titre de comparaison, la prise de contraceptifs oraux augmente le risque d’AVC de 8,7 fois.

Mis à part la migraine, certains types de céphalées peuvent être le signe d’un problème de santé grave, d’où l’importance d’avoir un diagnostic chez le médecin.

Les articles suivants pourraient vous intéresser :

-Mythes étonnants et néfastes à propos de la migraine
https://migrainequebec.org/mythes-etonnants-et-nefastes-a-propos-de-la-migraine/

-Qu’est-ce qui cause les migraines?
https://migrainequebec.org/qu-est-ce-qui-cause-les-migraines/

-Qui consulter?
https://migrainequebec.org/ressources/qui-consulter/

X