Migraine en chanson

12 janvier 2022


Comment expliquez-vous la migraine à votre entourage?

Capsyko, un artiste de rap français vivant lui-même avec cette condition, a relevé le défi de mettre la migraine en mots et en rythmes.

Le réalisateur québécois Alexandre Giroux a su transposer le slam de Capsyko en des images sensibles et percutantes.

Nous sommes très fiers de vous présenter cette magnifique cocréation franco-québécoise. Partagez ce vidéoclip à vos proches qui méconnaissent la maladie! Tous ensemble, rendons la migraine plus visible.

Paroles

Migraine…
Ce moment où migre la haine,
Ton cerveau trop plein,
Décide de craquer la gaine,
À force de tourner plus vite qu’un V12,
Ça finit par surchauffer,
Il s’agit pas d’un petit coup de blues,
Ou d’une barre qu’un doliprane peut apaiser…
La grande souffrance du migraineux,
Être incompris quand ça lui arrive,
Une aura devant les yeux,
Un kaléïdoscope intempestif,
Je me sens comme si j’avais avalé de la javel,
Des haut-le-coeur,
Des rots à forte odeur,
Le pire c’est que je la sens qui m’appelle,
Avant même d’en avoir peur…
La tête comme une cocote minute,
Mais que d’un côté…
L’impression que quelqu’un sculpte,
Ma boîte crânienne, mais pas au sens figuré…
Une seule solution, dormir…
Ou attendre que ça passe,
Parfois je pars dans des délires,
Comme pour oublier que ça pulse,
Tout autour de moi est distordu,
Je ne vois que la moitié de mon champ de vision habituel,
Je me sens perdu,
Entre douleur démentielle,
Et ivresse d’un rituel,
C’est être mille fois défoncé,
Sans les effets récréatifs,
C’est sentir son crâne compressé,
Tandis que le sang joue les furtifs…
Comme si je n’étais qu’une demi-graine…
Ne vivant qu’une ou deux migraines,
Par an…
Juste assez pour comprendre,
Ceux qui vivent avec vraiment…
La migraine nous apprend,
À nous isoler,
La migraine nous apprend,
À nous respecter,
La migraine nous apprend,
À ne pas garder,
La migraine nous apprend,
À nous regarder,
En face,
Elle nous dit avec violence qu’on ne veut pas voir quelque chose,
Le champ de vision se trouble, et tout devient tout rose…
Quelque chose que je ne veux plus,
Qui s’exprime par des vomissements,
Ouais je sais c’est pas ragoûtant,
Mais la vérité rien de plus…
À chaque migraine, l’impression d’être sur le point de décéder,
Je ferme les yeux, espérant qu’une fois fini, je les réouvrirai…
Un peu de menthe poivrée,
De l’eau et du thé,
Me voilà tremblant,
Prêt à vidanger,
Quelque colère bien engrammée,
Quelque frustration bien gardée,
Quelque tristesse bâillonnée,
Envie d’arracher à mains nues,
Le côté où ça pulse,
Pour que la douleur s’atténue,
Et que nos neurones aient plus de place,
De mon crâne je me sens prisonnier,
Envie de mettre des coups de poing à mon cahier…
Est-ce que le type dans ma tête avec son burin peut arrêter, par pitié…

–Capsyko


Un merci tout spécial à deux membres de Migraine Québec pour leur investissement dans ce projet : Maryse Loranger (production) et Chantal Bourassa (figuration). Merci aussi à DurbanPoison pour la musique instrumentale.

X