4 humains – Chantal

Par Maryse Loranger • Le 7 février 2022


Ceci n’est qu’une intro

Aujourd’hui, mon blogue ne porte pas sur une de mes expériences vécues avec la migraine, ni sur une question que je me pose, ni même sur des stratégies pour votre mieux-être. Ça fait des années que j’explore toutes les dimensions qui définissent une personne, qu’elles soient physiques, psychologiques ou émotionnelles, afin de trouver ma propre voie vers la guérison. Et autant que l’on peut lire, décrire, analyser, déduire ce que c’est de vivre avec la migraine, on ne voit que trop rarement la personne dans ce qu’elle est, globale, vitale et exceptionnellement créative.

Chaque personne est unique et chacune des étapes de l’existence, de notre existence vécue de l’intérieur arbore les couleurs de nos valeurs, de nos croyances, de nos principes et de nos préoccupations. C’est pourquoi j’ai eu envie de vous présenter des personnes qui ont fait partie d’un projet commun, la vidéo Migraine, non pas à travers les yeux de celui ou celle qui regarde mais, à travers leurs yeux, leurs tripes et leurs cœurs.

Chantal, Alexandre et Micael ont mis leurs cœurs et leurs passions au service des autres. Les mots, le geste et le regard se sont rencontrés pour devenir des ambassadeurs au service de ceux et celles qui souffrent de migraine. Au service de la communauté de Migraine Québec. Au service du grand public pour amener un peu de lumière sur une maladie invisible. Ces trois personnes extraordinaires ont mis leur sensibilité à nu pour rendre un message accessible à tous et à toutes. Aujourd’hui, je vous présente Chantal que vous pouvez voir dans la vidéo. Elle incarne son vécu, une personne vivant avec la migraine avec force et sensibilité. C’est son histoire avec ce projet. Je vous présenterai Alexandre dans mon prochain blogue.

Chantal

J’ai envie de partager avec vous ce que la participation au beau projet de musique et vidéo de Migraine Québec « Rendre la migraine visible » m’a apporté.

Depuis plusieurs années, la migraine chronique est présente, chez moi, à différentes intensités, avec une moyenne d’au moins 25 jours par mois. Il est difficile de prendre des engagements à des moments fixes dans ces conditions. J’ai appris à naviguer avec cela en expliquant à mon entourage ce que je vivais. J’ai des amis et une famille extraordinaires, car quand un plan ne fonctionne pas, tout le monde comprend. Nous remettons le plan ou je suis simplement absente.

Lorsqu’on m’a demandé de participer comme figurante, j’ai dit oui immédiatement. J’ai été motivée par mon grand désir de mieux faire connaître la maladie de la migraine. Ayant été modératrice dans un groupe privé de personnes vivant avec la migraine (Partage Migraine Québec), en plus de connaître les impacts de la migraine dans ma vie, je savais combien cette maladie affecte gravement le quotidien et la qualité de vie de tous ceux qui en souffrent. Entre autres par ses stigmas et la difficulté d’accès aux traitements. J’ai la chance de savoir combien réduire les stigmas peut changer le quotidien des personnes souffrant de cette maladie. Et combien l’accès à certains médicaments peut changer la vie de personnes qui souffrent de cette maladie.

Dans l’heure qui a suivi ma réponse positive et spontanée, l’obstacle de l’imprévisibilité d’une forte crise de migraine incontrôlable m’a causé une crise de panique. J’ai immédiatement eu l’impulsion d’écrire un courriel pour me désister. Et puis, je me suis ravisée! Ce projet se faisait avec une amie migraineuse et son conjoint. Alors évidemment que nous saurions naviguer les possibilités de report pour cause de crise de migraine longue et ingérable.

Ce projet a été pour moi l’occasion de faire un pas de plus dans la gestion de l’anxiété, la peur de vivre de la culpabilité si je reportais et beaucoup d’autres émotions difficiles que les personnes qui vivent avec la migraine doivent apprendre à gérer.

Ce projet a été un immense cadeau, car j’ai fait un grand pas dans mon apprentissage « à vivre plus au présent ». Chaque fois que l’anticipation de devoir reporter le tournage se présentait, je me répétais qu’il y avait aussi des chances que ça se passe bien et que cela serait à voir la journée même.

Ceci n’est qu’un mot de la fin

Il y a de ces personnes que l’on croise et que l’on n’oublie jamais.

On oublie trop souvent que tout accomplissement, quel qu’il soit, ne reflète pas seulement un résultat mais bien une myriade d’émotions qui, autant qu’une migraine invisible, peuvent frapper soudainement, ne serait-ce que de l’apparition d’un déclencheur. Mais il n’y a aucun doute que les émotions nées d’un projet réalisé dans le respect, la compréhension et la liberté est un signe de synchronicité, un message venant des cœurs qui vibrent à l’unisson, ensemble malgré la distanciation.

Maryse


S’abonner
Avisez-moi lors de
guest

2 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Maryse Bonsaint
Maryse Bonsaint
il y a 7 mois
  1. Alexandre et Micael, merci pour ce beau projet et merci Maryse d’avoir été le lien de tout ce beau monde et d’avoir permis sa réalisation! Eh Chantal, tu es une source d’inspiration pour moi et comme la maladie m’a permise de te rencontrer, c’est le signe qu’il y a aussi du positif au travers toutes les difficultés. 💓 Je suis contente que tu aies pu profiter de se beau projet avec et malgré les limitations de ta maladie! Alors parlons-en et abat les stigmates! Déjà hâte de lire la suite Maryse! 🧡🙏
X