À tous les urgentologues

Par Twylla Beer • Le 16 mars 2022


À tous les urgentologues,

Nous savons qu’à mots couverts vous nous appelez les « abonnés à l’urgence », parce que nous avons le trait fâcheux de nous présenter souvent chez vous. Vous trouvez que nous accaparons vos ressources et les précieux lits disponibles alors que certains malades en ont « vraiment » besoin. Vous préféreriez ne plus nous voir engorger l’urgence avec notre état chronique et nous tourner plutôt vers notre médecin en première ligne.

Mais voici quelques petites choses que vous ignorez peut-être :

Peut-être ignorez-vous que notre présence chez vous découle souvent d’une décision prise dans le cadre d’un appel avec un médecin de première ligne. En matière de traitement, vous n’êtes pas notre premier choix. Les salles d’attente débordent souvent de gens qui toussent et qui éternuent, et nous ne voulons pas courir le risque d’attraper un de ces virus contagieux du rhume ou de la grippe. Mais voilà, soit notre médecin ne souhaite pas que nous attendions l’ouverture de son bureau avant de commencer un traitement, soit le bureau en question n’est tout simplement pas équipé pour nous offrir le traitement requis.

Peut-être ignorez-vous que nous attendons déjà bien plus longtemps que la moyenne des gens avant de céder aux demandes de notre famille ou de notre médecin de nous rendre à l’urgence. Cela se retourne d’ailleurs contre nous lorsque vous nous posez la question « Depuis combien de temps est-ce que ça dure? » Il faut alors voir vos yeux lorsque nous donnons une réponse en jours plutôt qu’en heures. Nous voyons bien ce qui vous passe par la tête : « Ça ne peut pas être urgent si ça dure depuis des jours. Vous avez attendu si longtemps, la douleur ne doit pas être si pénible ». La crainte de passer pour des « abonnés à l’urgence » nous fait repousser notre venue, ce qui fait de nous des cas « non urgents ». C’est une impasse assez cruelle.

Nous savons que vous ne réglerez pas notre cas, et nous ne nous attendons pas à ce que vous trouviez un remède pendant notre passage. Tout ce que nous espérons, c’est trouver de l’aide pour traverser un épisode difficile de notre maladie, notamment par des soins de soutien, et nous assurer d’écarter tout danger potentiel lié à la maladie et qui nécessiterait une intervention rapide avant qu’il ne soit trop tard.

Après tout, nos objectifs sont les mêmes : nous faire sortir le plus rapidement possible et nous garder à distance pendant de plus longues périodes.

Cordialement,

Une abonnée à l’urgence


S’abonner
Avisez-moi lors de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
X