Apprendre à s’apprivoiser

Par Mélissa Mitchell • Le 24 novembre 2020


Ce renard est à l’image de mon processus de transformation…

En allant magasiner une surprise pour une amie, mon fils a eu un coup de cœur pour le renard sur la photo… en fait, la version initiale de celui-ci, car la fourrure au bas n’y était pas. C’était le seul de son espèce au magasin. Il n’avait pas d’étiquette de prix. Papa a dit à fiston que s’il le voulait, il devait d’abord demander le prix à la caissière. Je ne sais pas si vous vous rappelez comment c’était gênant, ce genre de requête, à 8 ans? Prenant tout son courage à deux mains, avec l’appui de papa qui formule le début de la requête, mon fils obtient le prix. On achète le renard.

Est-ce à cause du renard du Petit Prince, de l’exploit de la demande, de l’unicité de l’article, je ne sais pas, mais mon garçon adopte son renard sur-le-champ.

Le lendemain, le renard se fracasse au sol en plusieurs morceaux… par ma faute! Je l’ai accroché en enlevant mon chandail. Je ne l’ai jamais vu, je ne sais pas ce qui s’est passé. Mon fils pleure à chaudes larmes pendant longtemps, je l’ai rarement vu comme ça. Je l’écoute exprimer son désarroi, je le câline, je le console, je lui exprime combien je suis désolée. Voyant les plus grosses sections passablement intactes, je lui promets que je vais le réparer.

Je sors ma colle, les crayons de peinture, mon gel à paillettes et j’entreprends de rafistoler ce renard mal en point. Je recolle les plus grandes sections et mets tout mon amour pour camoufler les fissures à l’aide de mon arsenal. Il reste un grand trou à la base, à l’arrière. Je vois ma laine en « fourrure » et je me dis que je vais lui faire un petit nid, comme s’il était assis dans la neige. Je prends le temps de la crocheter pour lui donner une apparence encore plus duveteuse. En la collant au fusil à colle chaude me vient l’idée d’en remplir la cavité du renard pour renforcir sa structure. Je camoufle le tout par la laine.

Mon fils voit son renard et pousse un « hoooooon! » rempli d’émotion, tout ému. « Il est encore plus beau qu’avant maman, wow! Finalement, c’est une chance qu’il se soit brisé! ».

Normalement, l’histoire finirait là, mon cœur de maman gonflé d’amour. Mais l’inspiration est si forte que me voici ici à composer ces mots pour vous les partager. Parce que mon cœur est aussi rempli d’amour et de reconnaissance… envers moi.

Je suis à l’image de ce renard. Il y a 7 ans, j’ai été fracassée en plusieurs morceaux. Forcée de quitter le travail, épuisée, en migraine tous les jours. J’ai erré avec mes morceaux et mes miettes durant des années, cherchant comment les recoller. Essayant de les recoller de la même façon pour reprendre ma vie d’avant… Pleurant chaque fois que j’échouais, confrontée à ma nouvelle réalité.

Et puis, un jour, j’ai compris que certains morceaux devaient simplement être laissés au sol, qu’ils ne me servaient plus, que je n’en avais plus besoin. Que je ne les voulais plus. Je n’avais plus besoin de ces exigences constantes envers moi, cette pression, ces attentes. J’ai réalisé que ma base, ma fondation écroulée n’était pas appelée à être reconstruite de la même façon : elle était bien trop effritée. Elle demandait à être réinventée à partir de ce que je désirais profondément.

Au fil d’un long processus et cheminement, j’ai rassemblé les morceaux de moi qui faisaient que moi, j’étais moi. Je suis entrain de les recoller et de les souder avec une couche de brillance additionnelle, authentique. À l’image de la colle chaude dans le renard, je renforce ma structure. Je me remplis de ce qui me fait vibrer, qui me procure de la joie, de la force, de l’espoir. Ce qui me nourrit profondément.

Finalement, peut-être est-ce une chance que je me sois brisée. Pour pouvoir enfin m’entourer moi aussi d’une couverture moelleuse, de la même douceur que celle que j’offre aux autres.

Je suis ce renard, et je commence à m’apprivoiser. Enfin.


8 réponses à “Apprendre à s’apprivoiser”

  1. Avatar Chantal Dupuis dit :

    Quel beau texte Mélissa, merci de tes partages, ils me font beaucoup de bien et m’aident â réfléchir â ma situation, â l’améliorer et â me sentir moins seule.

    • Mélissa Mitchell Mélissa Mitchell dit :

      Merci beaucoup Chantal, je suis vraiment heureuse de pouvoir offrir mon expérience et mes mots. Non, tu n’es pas seule. Pensées solidaires xx

  2. Avatar Maryse dit :

    Merci Mélissa pour ce partage. C’est très beau, émouvant et très inspiré. Ce sont des mots qui portent à réfléchir et nous inviteà recoller nos morceaux. Merci.

    • Mélissa Mitchell Mélissa Mitchell dit :

      Merci Maryse de prendre le temps de laisser ce message. C’est un long processus de recoller nos morceaux, mais ça fait du bien quand on commence à voir quels morceaux assembler et les quels laisser tomber, pour notre plus grand bien.

  3. Avatar Geneviève dit :

    WoW, quel beau texte. Tu as vraiment une belle plume! Je suis en train de recoller mes morceaux et de patcher les trous avec des nouveaux morceaux. Merci.

    • Mélissa Mitchell Mélissa Mitchell dit :

      Merci Geneviève! Je te souhaite de trouver LES morceaux qui te conviennent maintenant et te font profondément du bien!

  4. Avatar Mylène dit :

    Quelle belle réflexion…

    Souffrant de douleurs neuropatiques chroniques depuis des années, je suis moi aussi en processus de « reconstruction ». Et comme j’ai une fille, âgée aussi de 8 ans 👧🏻, je visualise très bien tous le désarrois de ton fils de même que sa réflexion après la « reconstruction »! Ce commentaire aurait pu être celui de ma belle Charlotte…

    Tout comme toi, je crois que ces expériences de douleurs et de réadaptation au quotidien m’aident aujourd’hui à faire des choix qui font davantage de sens pour moi.

    Merci pour ton partage et bonne continuité sur le chemin de la résilience…

    • Mélissa Mitchell Mélissa Mitchell dit :

      Bonjour Mylène, je trouve ça tellement touchant de lire ton message. À la fois par la similarité dans nos vies, mais aussi par tes mots. Je suis toujours émue quand je vois une marcheuse sur le chemin de la résilience. On continue à avancer, un pas à la fois. Merci de ton partage!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

X