La migraine chez une adolescente

Par Migraine Québec • Le 15 mai 2022


Le témoignage d’Andrea et de sa mère

Je me nomme Andrea, je suis Colombienne et j’ai 17 ans.

J’avais 12 ans lorsque j’ai commencé à avoir la migraine; je me rappelle que la première fois que j’en ai eu, ma mère a d’abord pensé que c’était juste un mal de tête banal. Elle m’a donné un médicament et m’a mis de la glace enveloppée dans une serviette. Mais ça n’a pas fonctionné, mon ventre ne soutenait aucun médicament et la douleur empirait. Je n’arrivais pas à bien parler, d’un côté j’avais ma langue engourdie et de l’autre mes paroles n’étaient pas cohérentes. Ma mère a dû m’amener à l’hôpital.

Depuis ce moment, les épisodes de migraine sont devenus récurrents et toujours avec les mêmes symptômes. D’abord, je commençais à avoir un voile dans mes yeux, après quelques minutes j’avais la vision noire, ensuite je sentais la moitié de mon visage engourdie, puis la douleur très forte dans un côté de ma tête ainsi que la difficulté à parler.

Actuellement, j’apprends à la gérer petit à petit. J’ai découvert quelques facteurs qui déclenchaient la migraine comme prendre le soleil direct sur son visage, consommer certains types de chocolat. De même, j’ai toujours avec moi mes médicaments pour les prendre dès que je sens le voile dans mes yeux. 

Cependant, vivre avec la migraine n’est pas simple pour moi, cela survient soudainement et m’oblige à arrêter toute activité que je fais à ce moment-là. La dernière fois que cela m’est arrivé, j’étais à un événement en tant que bénévole et honnêtement, je ne voulais pas arrêter le service parce que je savais qu’ils avaient besoin de moi. Alors j’ai continué à travailler avec les larmes aux yeux à cause de la douleur, mais il est arrivé un moment où la migraine m’a empêché de continuer avec mon bénévolat. Ce jour-là, j’ai ressenti une grande impuissance, vouloir aider et ne pas pouvoir le faire.

J’aimerais qu’on trouve un remède contre la migraine et si cela n’est pas possible, avoir au moins des moyens de pouvoir mieux la contrôler pour ne pas arrêter l’activité que je fais à ce moment-là.

Je me nomme Karen et je suis la mère d’Andrea.

Voir ma fille souffrir de la migraine a été très difficile pour moi, je ne pouvais pas comprendre pourquoi une fille de 12 ans vivait des épisodes de migraine, je me demandais pourquoi c’est elle qui vivait avec ce mal et pourquoi pas moi. Peut-être que je pourrais mieux le gérer, elle était juste une adolescente : elle ne savait pas comment contrôler la douleur, était désespérée, pleurait et respirait très vite, donc les symptômes s’aggravaient.

Les premières fois que la migraine est survenue, j’ai dû emmener Andrea à l’hôpital. Je ne savais pas comment atténuer sa douleur et j’avais très peur, notamment à cause de sa difficulté à parler. À l’hôpital, ils ont fait plusieurs examens (analyses de sang, un scanner) et le médecin a finalement diagnostiqué qu’il s’agissait d’épisodes de migraine.

Avec le temps et grâce aux précautions qu’Andrea prend, les épisodes migraineux sont moins récurrents. Cependant, toute sa famille est présente pour la soutenir lorsqu’un épisode arrive; si je ne suis pas disponible il y a sa sœur et son beau-père pour lui donner les médicaments, de la glace pour sa tête et un thé chaud. Ce soutien familial l’aide à se sentir mieux physiquement et émotionnellement.


Consultez aussi


S’abonner
Avisez-moi lors de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
X