Le stress : une réponse facile à la migraine

Par Marie-Eve Branconnier • Le 16 février 2021


Encore aujourd’hui, après plus de 10 ans de consultations avec divers professionnels, chaque fois que je discute avec un spécialiste de mes migraines, on me répond systématiquement que la cause est le stress. Je vous le dis une bonne fois pour toutes : la cause n’est pas le stress. Pas pour moi, j’en suis irrévocablement certaine. Je sais que le stress joue fréquemment un rôle dans les crises de plusieurs migraineux et migraineuses. D’où la rapidité et la facilité de nos chers spécialistes à jeter la faute sur ce fameux fléau du 21e siècle et de notre rythme de vie occidental effréné. Je comprends que c’est une possibilité, un aléa à considérer, un facteur à ne pas négliger.

Toutefois, ce qui me dérange dans cette réponse envoyée d’un revers de main n’est pas seulement que mes ressources médicales ne m’écoutent pas et ne me considèrent pas lorsque je mentionne que « JE NE SUIS PAS STRESSÉE, NI ANXIEUSE, JAMAIS ». C’est surtout la manière dont est dénoncée cette cause qui a le dos large.

Docteur Quelconque : « Ha, ça doit être le stress. »

Ok, admettons que ce soit le stress, et puis? Que faire? Tu ne vas pas me dire d’être moins stressée et de respirer par le nez là, non?

Le fait de diagnostiquer à un migraineux un trop-plein de stress qui causerait ses maux reflète étrangement un manque de désir de chercher plus loin ou un manque de pistes de solutions à explorer par notre corps médical. De dire que c’est le stress qui nous cause ça, c’est abdiquer la recherche d’une cause plus profonde. C’est nous dire sans le dire que personne ne peut nous aider à mettre le doigt sur le bobo. À part prescrire des pilules « pansements » ou autre traitement couci-couça. Et après, pas étonnant que la majorité des migraineux se sentent coupables de vivre avec cette condition, qu’ils se sentent seuls, abandonnés, découragés, sans issue. Pas étonnant qu’ils croient que c’est leur faute, qu’ils font quelque chose de mal, qu’ils n’ont qu’à être moins stressés, tiens!

Pardon pour mon affrontement, Docteur Quelconque, mais inculper le stress d’office, c’est te décharger de ta responsabilité de médecin envers ton patient. Ça ne devrait pas être à moi à t’apprendre que le stress peut, oui, être un déclencheur de migraine, mais la cause, non. Il y a une énorme différence entre cause et déclencheur. Pour certains, le stress peut être un déclencheur, mais c’est rarement le seul.

Si c’était vraiment le stress, la cause, pourquoi les personnes atteintes d’anxiété ne feraient pas toutes des migraines? Si c’était ça, la cause, pourquoi serais-je la seule de ma famille à faire des migraines lorsque je suis celle qui est la moins stressée de toute la gang? Si c’était ça, la cause, pourquoi une crise pourrait survenir en pleine séance de massothérapie, en vacances quand je suis assise les fesses dans le sable à ne rien faire d’autre qu’écouter les vagues se briser?

Je peux accepter le fait que le progrès scientifique commence à peine à comprendre cette maladie complexe et handicapante. Je peux comprendre que tu n’y puisses rien. Je peux accepter qu’il soit impossible de guérir de la migraine, qu’on puisse seulement la contrôler. En revanche, Docteur Quelconque, j’aimerais au moins obtenir ton empathie, sentir que mon bien-être t’est important. J’aimerais que tu essaies de le trouver, mon dysfonctionnement, mon travers, mon neurone qui fait défaut. Peut-être n’en seras-tu pas capable, mais au moins j’aimerais que tu essaies, pour vrai. Et si tu essaies, qui sait, le progrès scientifique fera peut-être de plus grands pas pour notre condition?

J’aimerais ressentir de ta part que mon mal est valable et que j’ai le droit de vouloir être aidée, supportée, guidée. J’aimerais entrer dans ton bureau et ne pas être la personne la plus connaisseuse de la migraine dans la pièce.

J’aimerais ne plus entendre « c’est à cause du stress ». J’aimerais ne plus me sentir déchargée.


6 réponses à “Le stress : une réponse facile à la migraine”

  1. Avatar Marika dit :

    Oh, que c’est trop vrai! Je me reconnais dans ton texte. Je reconnais ce que j’ai vécu et continue de vivre quand je consulte. Et après on se demande comment cela se fait qu’on est stressée quand on a des rendez-vous! Ouf! Hihihi! Merci, ton texte me parle et est franchement pile dans la réalité des migraineux.

  2. Avatar Marie Christine Graton dit :

    Si on m’avait donné 1 $ chaque fois qu’un médecin m’a parlé de stress en lien avec mes migraines … Lol je n’aurai pas besoin d’un prêt et bourse pour mes études 🙄 c’est tellement , prévisible , limité , insultant , décourageant comme intervention de la part d’un médecin …
    Une fois je me présente a l’urgence en pleine migraine Hémiplégique avec Aphasie , difficultés respiratoires et incontinence … » Êtes vous anxieuse ?  » …. J’ai jamais autant eu envie d’envoyer promener un médecin …. Je me suis mise a pleuré de frustration et découragement ( toujours aphasique ) puis il me demande si je suis dépressive 😱🤯

  3. Avatar Mylène Taillefer dit :

    Une lecture qui m’a vraiment éclairée et tellement aidée à comprendre les mécanismes de la migraine et son côté « multi-factoriel ». – ce qui la rend bien plus complexe qu’elle ne le semble – est « LA MIGRAINE, BIEN PLUS QU’UN MAL DE TÊTE » de Dr ELIZABETH LEROUX. Ce livre aide à comprendre le fait qu’étant une maladie qui peut être influencée par de nombreux facteurs: la génétique, le stress, l’alimentation, l’hygiène de vie, le sommeil, les « écrans », des facteurs physiques (tensions musculaires), etc. Chaque personne peut identifier où elle se reconnaît le plus et sur quel axe travailler. De plus, dans ce livre, on parle d’une approche globale. Donc on parle de traitement médical (volet « naturopathie aussi:), mais aussi des bénéfices potentiels des médecines complémentaires/alternatives. Une mine d’or d’informations qui peut définitivement améliorer notre qualité de vie parce qu’on apprend à mieux se connaître.

    Bonne lecture:)

    • Avatar Pascale P., Édimestre dit :

      Merci pour cette suggestion!

    • Avatar Rosanne dit :

      Effectivement, j’ai beaucoup aimé ce livre qui explique bien qu’il y a plusieurs déclencheurs et que parfois c’est une combinaison de plusieurs. Comme je suis de type anxieuse , il a fallu beaucoup de temps avant que mes migraines soient vraiment prise au sérieux et non pas juste un symptôme de mon anxiété… En fait, c’est quand elles sont devenue chronique 🙁
      Je me suis déjà déclenché des migraines en relaxant dans un bon bain chaud ou assise tranquillement à souper avec ma famille donc oui l’anxiété ou le stress est une réponse trop facile !
      Difficile quand c’est une combinaison de facteur de les éliminés mais mon calendrier m’aide à essayé …

      Je fais du yoga adapté et de la méditation tous les matin, j’ai une plaque occlusal pour éviter de serrer les dents la nuit.
      J’ai essayé presque tous les spécialistes avant de me faire référé à ma neurologue que j’apprécie beaucoup.
      Certains trucs ont aidé mais sans plus . En attendant j’ai l’impression de jouer à loto médicament en me croisant les doigts à chaque fois que se sera le bon

      Merci de ton partage, ça permet de se sentir moins incomprise
      Gardons espoir

  4. Avatar Sylvie Taillefer dit :

    Encore une fois, un article très pertinent.
    Lorsque je travaillais, j’avais des migraines de fin de semaine, commençant le vendredi et se terminant le dimanche. Alors il était facile de dire que le stress était sûrement la source de mes migraines. Tout mon entourage m’ont dit qu’une fois à la retraite, je n’aurais plus de migraines. Mon médecin de famille m’avait même suggéré de quitter mon emploi pour en trouver un avec moins de stress et moins de responsabilités. Ce que je n’ai pas fait, n’étant pas certaine que ce changement m’aiderait. Ma neurologue n’a pas voulu me donner d’espoir et avec raison.
    Je suis maintenant à la retraite depuis 4 ans et j’ai autant de migraines qu’avant. Mes migraines ne sont plus ciblées la fin de semaine mais un peu n’importe quand, souvent sans qu’un déclencheur soit présent.
    Mais étonnamment, je garde espoir que ces migraines me laissent tranquille un jour!!😊

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

X