Les conjoint-e-s et la migraine

Par Migraine.com • Le 8 août 2014


Si vous aviez eu la migraine aussi souvent avant votre mariage (ou avant d’être en couple) qu’aujourd’hui, pensez-vous que votre conjoint-e-s serait resté-e-s avec vous?

Affiché par Ellen – 21 février 2012  To read the original English version of this article, please visit: http://migraine.com/blog/spouses-and-migraine-disease/Cet article a été traduit de l’anglais avec l’autorisation expresse et ne peut être copié ou reproduit sans l’autorisation écrite de Migraine.com/Health Union LLC.

Si vous aviez eu la migraine aussi souvent avant votre mariage (ou avant d’être en couple) qu’aujourd’hui, pensez-vous que votre conjoint-e-s serait resté-e-s avec vous?

Voici l’une des pires choses, et en même temps l’une des meilleures, qu’un neurologue / spécialiste des maux de tête m’ait jamais dites :

« Savez-vous quelle chance incroyable vous avez que votre mari soit resté avec vous malgré toutes vos migraines? La plupart des mariages ne pourraient jamais résister à tout ce que le vôtre a enduré. »

C’est la meilleure chose qu’il m’ait dite parce que cela m’a rappelé à quel point ma famille m’aime.

C’est aussi la pire, parce que cela m’a rappelé que j’en ai fait endurer beaucoup aux membres de ma famille, au point où ce n’est pas normal, mais incroyable, qu’ils soient encore à mes côtés. Cette pensée me rend malade.

À 18 ans, alors que j’étais fiancée, je n’avais pas encore reçu de diagnostic de migraine — cela viendrait plus tard. Cependant, j’avais reçu d’autres diagnostics, dont un qui pouvait menacer ma vie et me défigurer. J’étais atteinte de lupus.

J’ai reçu le diagnostic de lupus lorsque je vivais en Oregon et que je planifiais notre mariage. Il a été posé par un dermatologue que j’avais consulté après avoir remarqué sur ma peau des « taches » bizarres qui laissaient de petites cicatrices. Ces taches se propageaient à mon visage et à ma poitrine.

J’étais horrifiée et j’avais peur.

J’aimais assez mon fiancé pour me dire que la seule chose à faire était de le libérer de sa promesse de m’épouser. Je ne pouvais me faire à l’idée que ce serait de ma faute si je l’entraînais dans une vie où tout allait être si difficile. Une vie où sa femme serait un fardeau plutôt qu’un cadeau n’est pas ce que je souhaitais, ni pour lui ni pour moi. Comme je ne savais pas quoi faire d’autre, j’ai voulu rompre nos fiançailles.

Il ne m’a pas laissé faire. Je l’aimais tellement que je l’ai laissé me convaincre de ne pas rompre, mais pas une seule journée ne passe sans que je me demande s’il souhaitait réellement que nous restions fiancés et, sachant ce qu’il sait aujourd’hui, s’il n’aurait pas préféré en épouser une autre.

Maintenant, il y a des jours où je lui rappelle que je lui ai donné l’occasion d’abandonner sa vie avec moi et qu’il n’en a pas profité. Ça reste une petite blague entre nous (du moins jusqu’à aujourd’hui!), mais nous prenons aussi la situation au sérieux.

Nous sommes mariés depuis presque 29 ans. Aujourd’hui, il est parfois difficile de dire où lui s’arrête et où moi je commence. D’une part, nos différences nous rendent mutuellement fous, mais d’autre part, nous nous connaissons si bien et nous sommes de si bons partenaires dans la vie que je serais perdue sans lui. Mais ça n’a pas toujours été comme ça…

Au début, il ne comprenait pas. Nous nous disputions. Nous nous réconcilions. J’avais toujours l’intime conviction que la prochaine fois que je serais incapable de faire quelque chose ou de me rendre à temps quelque part, ce serait encore un sujet de dispute. A début, nous étions d’accord pour ne pas être d’accord, mais il a fini par commencer à comprendre ce que je vivais. Il lui a fallu 20 ans pour en arriver là, mais c’est fait. Nous nous aimions assez pour arriver à nous entendre.

J’ai de nombreuses amies atteintes de migraine qui n’ont pas eu ma chance. J’ai vu des mariages éclater, des familles se brouiller et des relations se briser. J’ai vu mes amies abandonnées par leur conjoint ou leur mari avoir mal parce qu’elles savent que ce sera beaucoup plus difficile pour elles d’être heureuses à cause de ce monstre qu’elles sont incapables de maîtriser.

Avoir une maladie chronique rend les gens égoïstes. On n’y peut rien, c’est comme ça, et je ne connais personne qui soit immunisé contre ça, surtout pas moi. J’oublie que mon mari n’avait aucune idée de ce qui l’attendait quand il m’a épousée. J’oublie qu’il se tracasse et qu’il travaille si fort parce qu’il est marié à une femme atteinte d’une maladie chronique. Les rares fois où nous avons une vraie dispute, j’oublie que, parfois, il m’engueule en raison de la frustration qu’il ressent et qu’il ne me laisse normalement pas voir. Je suis habituée à ce qu’il me protège de cette façon. S’il m’engueule, je me sens personnellement visée et je dois me rappeler que ma maladie le blesse, lui aussi.

Je n’ai jamais demandé à mon mari s’il aurait fait le même choix s’il avait su tout ce qu’il sait aujourd’hui. Je ne suis pas certaine de vouloir connaître sa réponse. Actuellement, je suis simplement heureuse qu’il m’ait aimée suffisamment pour rester avec moi et qu’il soit assez fort pour me supporter.

J’ai remarqué une chose, particulièrement à cause de mes migraines : tout ce qui touche ma maladie chronique est un sujet très délicat. Il est très facile de me faire sortir de mes gonds car je me sens tellement coupable de tout ce que ma famille a enduré à cause de moi. Ce n’est pas parce que je sais, intellectuellement, que c’est difficile pour lui aussi que je sens forcément à quel moment quelque chose le met en colère ou le frustre.

Ce que j’essaie de dire, c’est que les relations sont très difficiles. Elles exigent des efforts constants. Chaque matin au réveil, j’ai dû apprendre à retomber amoureuse de mon mari. Et, oui, c’est un choix que j’ai fait consciemment. On dit que tout est clair après coup… Eh bien, c’est vrai. Et le plus dur, c’est qu’il faut vivre toutes les difficultés pour faire volte-face et se rendre compte que ça en valait la peine.

Avez-vous un conjoint qui est resté avec vous malgré vos migraines? Voulez-vous encourager les personnes qui vivent peut-être des moments particulièrement difficiles actuellement? Vous avez vécu de durs moments avec votre conjoint. Comment vous sentez-vous par rapport à cette situation? En avez-vous parlé avec votre conjoint?

N.B.: Translated from English with express permission from the administrators of http://migraine.com/
N.B. : Traduit de l’anglais avec l’autorisation expresse des administrateurs du site Web http://migraine.com/
Other related articles from Migraine.com (In English only)
When Migraines Endanger Our Friendships
Posted by Teri Robert—January 10th, 2011
http://migraine.com/blog/when-migraines-endanger-our-friendships/

Social Graces
Posted by Kerrie Smyres—October 30th, 2013
http://migraine.com/blog/beyond-surface/

Sur le site de Migraine Québec:

Tu n’as pas signé pour ça

La Migraine 101 Pour Les Proches


2 réponses à “Les conjoint-e-s et la migraine”

  1. Avatar LM dit :

    Merci pour cet article qui m’a fait énormément de bien psychologiquement.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

X