Votre santé et vous

Par Maryse Loranger • Le 21 décembre 2020


On évalue à 20% de la population qui, souffrant de douleurs chroniques dont la migraine, subissent des répercussions importantes sur les différentes sphères de la vie autant personnelle, familiale, sociale que professionnelle. L’impact est tel qu’avec le temps, la douleur chronique peut provoquer des sentiments de découragement, d’anxiété et d’injustice chez la personne qui se voit comme étant impuissante face à la douleur.

La définition de Statistique Canada décrit la migraine comme étant « … un trouble débilitant caractérisé par des maux de tête avec douleur pulsatile qui durent de quelques heures à plusieurs jours et qui s’accompagnent de nausées, de vomissements ou d’une sensibilité à la lumière et au bruit. »

Personnellement, j’ajouterais au bruit, au mouvement, aux odeurs et au stress. Voici une liste de quelques déclencheurs qui par eux-mêmes ou en combinaison peuvent causer des états migraineux :

  • ​Consommer du vin rouge,
  • Passer un repas,
  • Les odeurs, les sons, les bruits, la lumière, le mouvement,
  • La variation de la météo,
  • Le manque de sommeil,
  • La dépression et l’anxiété,
  • Les facteurs hormonaux,
  • Certains aliments,
  • Certains médicaments,
  • Et plusieurs autres…

L’imprévisibilité des attaques peut rendre difficile la planification ou la participation à une vie sociale, aux rencontres familiales ou à la réalisation de responsabilités professionnelles. La migraine peut avoir un impact sur la capacité de maintenir une carrière, des relations et une qualité de vie globale. C’est pourquoi il est essentiel de connaître certains outils pouvant permettre de mieux contrôler la douleur, voire la soulager dans un but d’avoir une qualité de vie. Je vous propose un court survol de mes trois outils préférés que j’utilise pour moi-même.

Le mouvement, définitivement!

Parmi la panoplie des bienfaits associés à l’activité physique, son intégration progressive dans le quotidien réduit la sensation de fatigue et le niveau d’anxiété, facilite la production d’endorphines, essentielles pour le soulagement de la douleur, et procure un meilleur sentiment de contrôle sur l’intensité de la douleur.​ Parmi toutes les activités physiques existantes, il est entendu que l’important est d’en trouver une qui stimulera et qui deviendra une source de plaisir davantage qu’une obligation. L’objectif n’étant pas de se créer de la pression, mais de se détendre afin de détourner l’attention de la douleur pour l’orienter vers du positif.

Personnellement, une marche en nature me procure le plus grand bien. Cela me met en mouvement autant physiquement que mentalement. Observer les arbres, les changements de saison, sentir le grand air et écouter les sons environnants m’apportent de la joie et un calme intérieur. C’est pour moi une sorte de méditation.

La méditation, pourquoi s’en passer?

​Je suis du genre à tout essayer ce qui pourrait m’aider à gérer mes douleurs et qui serait le plus naturel possible. Il y a 11 ans, j’étais allée vivre une retraite d’une dizaine de jours de méditation Vipassana au cours de laquelle je n’avais souffert d’aucune migraine. Un hasard peut-être? Les années et la vie passant très vite, j’y pensais vraiment beaucoup en me rappelant que je devrais y retourner un jour. C’est enfin au mois d’octobre de cette année 2020 que j’ai eu l’opportunité, et le courage, de retourner vivre l’expérience d’un autre 10 jours de méditation dans la très belle région de Montebello. À raison de plusieurs heures de méditation par jour, dans le silence le plus complet et un repas en moins par jour, j’ai réussi à passer ces 10 jours sans une seule migraine. Comment est-ce possible alors que je subis des céphalées et migraines chroniques depuis des années?

Le verbe méditer vient du grec meditor qui veut aussi dire soigner. Il est scientifiquement prouvé que la méditation agit dans des zones spécifiques du cerveau aidant au meilleur contrôle de la douleur.​ Grâce à la méditation, il est possible de diminuer les effets de la douleur chronique en pratiquant notre attention sur la sensation créée par chaque inspiration et chaque expiration sur une petite partie de notre corps (Anapana) ou sur chacune des parties de notre corps (Vipassana). Une étude canadienne publiée dans le Journal of Neuroscience, a démontré que la méditation permettait de réduire les effets de la douleur grâce à quatre sessions de vingt minutes.

La respiration, pour faire fondre nos tensions.

La respiration complète a des effets positifs pour le contrôle de la nervosité et de l’anxiété ce qui peut permettre de réduire la douleur. Une respiration profonde en pleine conscience effectuée plusieurs fois par jour peut grandement aider à se recentrer tout en facilitant la circulation sanguine.​ Ceci ouvre la porte à l’application positive de la respiration profonde pour les personnes souffrantes de maux chroniques comme la fibromyalgie, les migraines, l’insomnie, l’anxiété, les maux de dos et bien d’autres. La pratique quotidienne de la respiration complète est un outil accessible à tous et efficace afin de nous conditionner à relaxer et à libérer des tensions.

Je ne suis pas portée à me poser pour pratiquer les techniques de respirations complètes. Toutefois, j’aime les combiner en mouvement ou avec ma méditation. Au fond, ces outils peuvent être tout bonnement pris séparément ou en fusion. Cela dépend de notre humeur, de notre énergie ou de nos élans.

Mais existe-t-il une activité physique qui incorpore autant la respiration, le mouvement et l’aspect méditatif? La réponse est OUI! C’est ce que vous lirez dans le prochain blogue!

​D’ici là, vous connaissez quelqu’un qui pourrait bénéficier de cet article? N’hésitez pas à le partager! Ça pourrait aider un membre de votre famille ou une de vos connaissances!

Passionnée du mouvement, de la santé et de la nature, j’adore vous écrire quelques lignes afin de vous aider à mieux vivre votre quotidien. Au plaisir de recevoir vos commentaires, car ensemble on va vraiment plus loin.

​Maryse

Références:

  1. Prévalence de la migraine chez la population à domicile au Canada
  2. David Bucholtz, M.D.: Heal your headache, The 1-2-3 program
  3. La méditation de Pleine Conscience pour la prise en charge de la souffrance émotionnelle associée à la douleur chronique: ad
  4. Mindfulness Meditation-Based Pain Relief Employs Different Neural Mechanisms Than Placebo and Sham Mindfulness Meditation-Induced Anal

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

X