Migraine chronique et abus médicamenteux

Par Migraine Québec • Le 13 juin 2014


Question du patient

Comment un médecin peut différencier un patient ayant un abus médicamenteux de migraines chroniques ? On essaie un sevrage et si ça ne fonctionne pas… on n’en vient à la conclusion que ce sont des migraines chroniques ?

Réponse du Dr Leroux

Vous posez une question qui turlupine la communauté médicale depuis des années.

Je vais tenter de résumer la situation.

L’expérience nous a appris que certaines personnes souffrant de migraine chronique voient leur situation s’améliorer de façon très importante après un sevrage de leurs traitements de crise. Ceci a poussé les spécialistes à dire que ces personnes souffraient de céphalée médicamenteuse. Par conséquent, on a conclu que tous les migraineux chroniques devaient être sevrés de leur «abus» avant de pouvoir poser un diagnostic de migraine chronique, afin d’exclure la condition «céphalée médicamenteuse». Certains allaient même jusqu’à dire qu’il fallait attendre la fin du sevrage avant d’essayer d’autres traitements préventifs contre les migraines.

Rapidement, ceci a entraîné des problèmes : le sevrage n’était pas efficace chez tout le monde. Le sevrage était alors pénible et surtout décevant. On a bien réalisé que l’«abus» médicamenteux n’était pas le seul facteur associé aux migraines chroniques. Dans certains cas, l’«abus» était la conséquence du problème plus que la cause. Si vous avez des migraines de plus en plus souvent, vous prendrez des traitements contre les crises de plus en plus souvent! Il faut savoir aussi que certains migraineux prennent des analgésiques de façon régulière pour d’autres problèmes, et que ceci ne déclenche pas automatiquement une chronicisation de leurs migraines. Comment déterminer le rôle de l’utilisation régulière des traitements de crise chez une personne donnée?

Par la suite les spécialistes ont donc commencé à parler de migraine chronique «avec ou sans surutilisation médicamenteuse». Ceci permettait d’entamer un traitement préventif avant la fin du sevrage. Évidemment, il ne faut pas négliger l’importance du sevrage, qui devrait être fait au moins une fois avant de déclarer que la migraine chronique est installée. Mais alors, quand doit-on parler de «céphalée médicamenteuse»? Seulement après la fin du sevrage, si celui-ci est efficace? La question reste en suspens, car il est possible qu’une migraine chronique soit en fait causée par un «abus» médicamenteux et que le problème soit irréversible, c’est à dire qu’une fois le mal installé, le sevrage est inefficace.

Dans la nouvelles classification internationale des céphalées (version 3-bêta), on peut donc poser le diagnostic de migraine chronique même en présence d’une surutilisation médicamenteuse (on décrit alors «sans» ou «avec» surutilisation). Il faut souligner que ceci fait l’affaire de certaines compagnies pharmaceutiques qui peuvent pousser leurs produits et tentent de négliger l’importance du sevrage…

J’espère que ceci clarifie un peu une situation qui effectivement a embrouillé tout le monde.

Dr Elizabeth Leroux, MD, FRCPC (spécialiste en médecine des céphalées)


Ressources complémentaires


S’abonner
Avisez-moi lors de
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Samuel
Samuel
il y a 4 années

Je voudrais savoir si tout les médicaments sous ordonnances comme Advil ou tynenol peuvent entraîner des migraines rebonds, Merci

Louise Houle, Directrice générale
En réponse à  Samuel

Les maux de tête rebonds (céphalées médicamenteuses) sont causées par l’utilisation régulière et à long terme de médicaments pour traiter les maux de tête, comme la migraine. Les analgésiques soulagent les maux de tête occasionnels. Mais si vous les prenez plus de quelques jours par semaine, ils peuvent déclencher des céphalées médicamenteuses.

Les analgésiques courants tels que l’aspirine et l’acétaminophène (Tylenol, autres) peuvent contribuer à des céphalées médicamenteuses – surtout si vous dépassez les doses quotidiennes recommandées. Les analgésiques tels que l’ibuprofène (Advil, Motrin IB, autres) et le naproxène sodique (Aleve) ont un faible risque de contribuer à des céphalées médicamenteuses.

rejeanne lamothe
rejeanne lamothe
il y a 1 année

Bonjour

J’aimerais savoir comment faire un sevrage. J’ai essayé mais après une journée la douleur est vraiment très intense et ne semble pas vouloir diminuer. Existe-« il un protocole de sevrage recommandé?

Merci

Réjeanne

Édimestre
Édimestre
il y a 1 année
En réponse à  rejeanne lamothe

Bonjour,

Je vous invite à consulter ces 2 ressources :
-Témoignage : L’art de vivre un sevrage sainement : https://migrainequebec.org/lart-de-vivre-un-sevrage-sainement-2/
-Vidéo sur le sevrage : https://migrainequebec.org/video/reduire-la-frequence-des-migraines-grace-a-un-sevrage-de-medicaments/

Il est recommandé d’avoir le soutien de votre médecin pendant une démarche de sevrage. La durée pourra varier selon le médicament que vous utilisez et plusieurs effets secondaires sont possibles, dont la migraine et les céphalées, mais aussi d’autres symptômes comme la nausée, les brûlements d’estomac, l’insomnie, etc.

Si vous avez envie d’échanger avec d’autres personnes qui vivent avec la migraine, vous pouvez rejoindre notre groupe privé sur Facebook : https://www.facebook.com/groups/312758085805229 Le sevrage et les céphalées de rebond sont des situations que beaucoup de participants ont expérimentées. Au plaisir de vous y retrouver.

X