Migraine et dépression : l’œuf ou la poule?

Par Maryse Loranger • Le 18 mai 2021


Pour moi, vivre avec la migraine, c’est du quotidien. Les effets secondaires sont comme intégrés dans ce que je suis et ce que je fais tous les jours. Je peux terminer ma journée avec une migraine ou la commencer avec sa présence bien en place. Ou encore me réveiller dans la nuit et hop, elle est partie. Impossible de réellement prévoir quand le tigre va se réveiller ou même quelle en est la raison. C’est pourquoi apprendre à bien me connaître est devenu aussi important que d’apprendre à reconnaître tous les signes avant-coureurs de la migraine et à gérer les signes qui suivent la fameuse « course » car oui, on peut avoir l’impression de faire une course à obstacles.

Pendant un bon deux ans, j’ai eu l’impression que les obstacles étaient trop hauts pour moi, insurmontables. Je me voyais constamment comme une olympienne qui court avec sa perche pour accomplir un saut en hauteur. Mais dans mon imagination, rendue à mon plus haut, la perche bien cambrée et mes jambes bien hautes, je ne passais jamais de l’autre côté. Je tombais tout le temps par en arrière et je devais encore recommencer. Combien de fois ai-je dû reprendre ma course, mon élan. Je ne sais plus. Évidemment, ceci est une image. Mais c’est ce que j’ai fait chaque jour en tentant d’échapper à mes affreuses douleurs par toutes sortes de moyens conventionnels que l’on me soumettait et je m’essoufflais de plus en plus à force de ne pas y parvenir. Jusqu’à ce qu’un médecin me dise : « il n’y a rien à faire ». C’est là que je suis tombée encore. Seulement, je n’avais pas tenté de sauter. J’ai juste abdiqué et je me suis laissée aller à croire que c’était sans espoir. C’est la période de la grande dépression.

Puis hop, le réveil!

« La migraine et la dépression peuvent être liées de plusieurs manières… En outre, les crises de migraine étant responsables de douleurs et d’invalidités sévères, elles peuvent réduire la qualité de vie qui, inévitablement, peut conduire à une humeur dépressive. En sens inverse, les changements d’humeur peuvent déclencher des attaques de migraines, ainsi que de nombreuses autres affections. »

Selon certaines études, les chercheurs estiment que près des deux tiers des personnes subissant des troubles de l’humeur (je n’ai jamais apprécié cette expression) tels que la dépression n’obtiennent pas de rémission avec des médicaments classiques comme les antidépresseurs. Ah bon? Vraiment? Ce genre de conclusion a amené de nombreuses personnes (dont moi!) à explorer des approches intégratives. Certains experts estiment que, parmi les traitements intégratifs retenus pour les personnes souffrant de dépression, nous trouvons l’exercice, l’hygiène du sommeil, la gestion du stress, la luminothérapie et la nutrition. Et bien… ça demande de la motivation, même en dépression. Allez, on se pousse dans le dos (pour être poli) et on y va!

C’est ici que j’arrive! Voilà ce que j’ai décidé de faire. Aller vers l’approche intégrative! Primo, il est important de trouver le/la neurologue qui pourra travailler avec vous, sinon pour vous. C’est même primordial. J’ai été bénie de l’avoir trouvée. Précédemment, j’avais eu des consultations avec deux autres neurologues qui minimisaient mes douleurs et avec qui j’ai vécu de mauvaises expériences. J’ai attendu 10 mois avant de pouvoir être reçue dans le bureau de ma présente neurologue. Malgré que 10 mois, c’est long, je ne regrette absolument pas l’attente.

Secundo, l’approche conventionnelle jumelée à une approche complémentaire est la solution que j’ai adoptée pour aller chercher le meilleur des deux mondes. Cela permet de sélectionner ce qui est le mieux pour nous. Nous avons tous des systèmes différents et uniques qui réagissent différemment aux médicaments prévenant les migraines et nous avons tous des goûts et des besoins différents en termes de stratégies de gestion de la migraine. Au début, il faut donc explorer afin de trouver notre bonne combinaison.

Ici, le « one size fits all » ne s’applique pas.

Des incontournables

Parmi les moyens que je trouve les plus efficaces et que j’incorpore dans ma vie de tous les jours, ce sont mes routines du matin et du soir. J’ai aussi remarqué que je varie mes routines dans le temps. Nous avons tous et toutes des routines qui nous font du bien. Quelles que soient les routines que vous choisirez, je crois que l’important est qu’elles soient :

  • Démunies de toute obligation (on laisse tomber les il faut).
  • Réconfortantes (on veut se faire du bien en commençant la journée et en la terminant).
  • Plaisantes (pourquoi ne pas y apporter une dose de plaisir?).
  • Facilement adaptables à notre état (on remet au lendemain et c’est parfait comme ça. On écourte le temps alloué à la routine et c’est encore mieux!).

Avec le temps, j’ai créé deux versions de ma routine du matin. De cette façon, je me laisse la permission de choisir laquelle prendra place le matin même. Et pour le soir, j’ai la même routine car elle m’aide à m’endormir plus vite, à dormir plus profondément et ainsi à mieux récupérer.

Ça vous dit de partager ce que vous faites comme routines? N’hésitez pas à l’écrire dans les commentaires. Ensemble, par le partage, nous avançons tellement plus loin! J’ai hâte de vous lire!

Maryse Loranger


2 réponses à “Migraine et dépression : l’œuf ou la poule?”

  1. Avatar rosanne dit :

    1-verre d’eau avec un peu de citron
    2-Yoga adapté sur chaise
    3-méditation
    4-massage de mon coup ( https://www.youtube.com/watch?v=uFCO4f-NklA )
    5-déjeuner
    (l’ordre et la durée peuvent varier en fonction de comment je me lève le matin mais j’essaie de tout faire chaque matin)
    détails :
    1-je presse un citron que je mets dan un pot masson et ça me dure une semaine. (l’eau citronné aide à stabilisé l’acidité de mon estomac irrité par les médicaments… c’est un truc donné par un acuponcteur)
    2-yoga ,vidéo par lequel j’ai commencé : https://www.youtube.com/watch?v=Uml0JHRRoCY… chaine yoga tout
    3-sac magique dans mon coup pour le réchauffer avant de le masser pendant que je médites 15 minutes libre avec petit bambou pour les gognes de début et de fin. Note que si j’ai chaud ou la nausée, je ne chauffe pas mon coup
    4-massage du coup : https://www.youtube.com/watch?v=uFCO4f-NklA
    Note : vaux mieux commencer petit et ajouter tranquillement… Si vous voulez ajouter des choses à votre routine je vous conseille de le faire un à la fois . Exemple quand j’ai voulu ajouter la méditation ,j’ai commencé par 5 minutes et j’ai ajouter une minutes à chaque fois que le temps me semblait passer vite 😉
    Prenez soin de vous 🤗

  2. Avatar Maryse Loranger dit :

    Bonjour Rosanne,
    Un grand merci d’avoir partager votre routine du matin! C’est une excellente idée d’incorporer les éléments de routine fe façon progressive comme vous le mentionnez. Merci pour ce partage qui est très utile et aidera certainement plusieurs personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

X