Témoignage de Sophie Carbonneau

Par Sophie Carbonneau • Le 3 mai 2023


Je travaille dans un bureau avec des tâches variées. Ce n’est pas trop actif, donc si j’ai une migraine sans aura et modérée ou à l’occasion avec céphalées et une petite nausée sans vomissement, si je peux éviter de m’absenter du travail c’est durant les pauses que je dois me relaxer. Quelques-unes de mes façons d’apaiser la migraine: prendre une marche sur l’heure du dîner après avoir mangé léger; lecture d’un extrait de livre aimé; faire quelques postures de yoga doux tout en inspirant/expirant.

Si j’ai une migraine avec une forte nausée avec vomissement, je termine plus vite ma journée de travail malheureusement. Mais, ça dépend si la migraine commence le matin ou plus tard dans une telle journée de mon emploi dont mon poste est adjointe administrative. J’ai un horaire fixe de jour du lundi au vendredi, donc une crise peut aussi survenir un jour de fin de semaine, sans manquer un jour de travail.

C’est à l’occasion, aux trois mois environ, quand je commence une migraine du côté droit ou gauche et à l’aube du matin avec une forte nausée, que j’appelle mon employeur en lui disant que je m’absente pour la journée. Bien sûr, j’ai accès à quelques congés personnels, mais c’est désolant de manquer un jour, jusqu’à ce que la crise s’apaise et se termine.

Comprendre la migraine

J’ai appris beaucoup sur les migraines depuis trente ans. Moi qui suis âgée de 50 ans depuis novembre 2022, et dans le bel âge, ménopausée depuis mes 49 ans, je sais que les changements hormonaux ne font pas un bon mélange avec les crises de migraine. C’est pour ça que dans les types, il y a la migraine hormonale pour certaines femmes, dont moi.

Depuis l’an passé, j’ai plus de crises de migraine le samedi ou le dimanche. Moins fréquemment un jour de semaine. En moyenne, les crises sont modérées avec une forte ou légère nausée. À l’occasion, mais pas souvent, une crise légère qui dure moins longtemps. La fréquence de vomissement avec une forte nausée est aux trois à quatre mois environ. Avec le début du bel âge, j’ai une migraine par semaine ou aux dix jours. Une de mes crises peut durer de 8 à 12 heures ou, par chance, de 5-6 heures. Et, ça n’arrive pas souvent qu’une migraine s’étire jusqu’à 2 ou 3 jours. J’ai vraiment appris à bien inspirer/expirer pendant une nausée et, malgré que je mange moins durant une longue crise, je reprends mon énergie avec un souper léger (des patates pilées ou un bol de soupe). Si c’est pour le lendemain matin, un bon petit déjeuner (une rôtie avec banane ou un bol de céréales).

J’avais 20 ans quand les crises de migraine ont débuté, me demandant si c’était un gros mal de tête. J’étais couchée, dans le noir sans aucun bruit ni lumière. Par après, c’est mon ancien médecin qui m’a dit que je vivais avec la migraine sans aura, aucune céphalée et rien de sévère. J’écrivais des notes pour tenter d’apprendre la cause de chacune de mes crises. Est-ce la fatigue du matin après avoir mal dormi? Un aliment que je n’aurais pas dû manger le jour d’avant comme une viande marinée? Du chocolat? Un stress que j’ai vécu dernièrement? Bien sûr, avec les années j’en ai appris beaucoup et encore jusqu’à présent. C’est grâce à mon médecin actuel (qui me suit depuis 25 ans), mes recherches que j’ai faites à travers de bons sites web de maladies neurologiques et de santé, et mes discussions avec une personne qui vit avec la migraine, que je comprends mieux la migraine et mes symptômes.

Accepter la migraine

Donc dans la vingtaine, je vivais avec des migraines sans céphalée durant peut-être 7-8 ans. Par après, j’ai commencé à avoir aussi des maux de tête légers à modérer, mais entre les crises de migraine. À présent en 2023, depuis près d’une année, j’ai des crises de migraine toujours sans aura, mais avec céphalées, et heureusement mes crises ne sont pas sévères/chroniques.

J’ai déjà mentionné quelques moyens qui m’aident durant les pauses au travail. En voici d’autres, à faire plus en dehors de mon emploi, chez moi et en nature:

  • Aller prendre des photos dans un lieu apaisant en pleine nature, ex : sur le bord de l’eau. Et, faire une pause de la photographie, rester sur place ne pensant à rien, fermer ses yeux et écouter pendant plusieurs minutes les vagues légères ou modérées de la rivière Richelieu;
  • Prendre un bain en soirée, c’est plus relaxant que de se laver dans une douche;
  • Faire un point d’acupression : dans une pièce silencieuse tout en inspirant/expirant normalement, étendre une des deux mains bien détendue et les doigts espacés. Par exemple, avec le pouce de la main droite, appuyez sur la main gauche juste sous la grande espace entre l’index et le pouce (une bonne pression, mais sans être douloureuse), fermez les yeux durant ce point d’acupression à faire plus d’une minute (à faire en position assise et confortable);
  • Boire beaucoup d’eau, au moins 2 litres à chaque jour;
  • Écrire un texte lorsque je suis inspirée ou en ayant une bonne idée en tête, et le lire quand il est terminé;
  • Créer une œuvre artistique (dessin ou peinture), et admirer le résultat final si beau!

Tous ses autres moyens, je les applique assez régulièrement pour calmer mes crises de migraine sans aura avec céphalées, des crises plus souvent modérées que légères.

Pour moi, je préfère ne pas attendre la prochaine crise de migraine. Je continue de bien respirer, de vivre avec une bonne gestion du stress, de relaxer avant chaque dodo et de m’alimenter le mieux possible avec des aliments santé, pour parcourir en positif et persévérance mes journées au travail et pendant les loisirs, dans ma vie de tous les jours avec ma famille, mon amoureux, mes amis (amies), mes collègues et mon entourage.


Consultez aussi :



S’abonner
Avisez-moi lors de
guest

2 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Maryse
Maryse
il y a 8 mois

Merci pour votre témoignage 🧡

Sophie
Sophie
il y a 7 mois
En réponse à  Maryse

Merci Maryse